Carnet de Route (Extrait)

EXTRAITS DU CARNET DE ROUTE

j-m 1
Lundi matin, je suis parti du Pont d’Espagne à 8h30 et je rejoins Laurent au refuge Wallon dans la superbe Vallée du Marcadau. Il est 10h comme convenu. Si je marche depuis 1h30, Laurent lui est parti à 4h00 d’Arrémoulit mais il est frais comme un gardon…Nous remontons les lacs d’Arratille, que j’ai enfin découvert, jusqu’au col des Mulets. On commence a apercevoir la masse imposante du Vignemale. Nous nous ravitaillons rapidement pour redescendre sur les Oulettes, au pied de la face Nord du Vignemale. Vu le gigantisme et la beauté du lieu, nous décidons de quitter l’itinéraire balisé et de remonter la hourquette d’Ossoue par les moraines du glacier. Montée trés sevère dans les éboulis, mais vue imprenable sur le couloir de Gaube. Avant de rejoindre le refuge de Baysselance, nous bifurquons légèrement sur la crête du Petit Vignemale pour observer le glacier d’Ossoue, au pied de la Pique Longue du Vignemale, seul glacier pyrénéen à développer une langue glaciaire de plus d’un kilomètre, mais cela ne durera pas… Fin de la journée de marche vers 16h, soit pour Laurent une étape de 12 heures…Le refuge (2651m) est bondé, mais Laurent négocie une nuit et nous pouvons aussi prendre le repas du soir et le petit déjeuner du matin. Bonne ambiance, rencontre d’un père qui amène son fils sur le glacier demain pour ses 10 ans! Je bivouaque à la belle étoile, la lune rousse au dessus du Mont perdu et Gavarnie… Mardi matin, la montre sonne à 3h30, nous prenons un petit déjeuner royal concocté par l’équipe très sympa du gardien…Départ à 4h00, nous descendons vers le barrage d’Ossoue, nous passons devant les grottes Bellevue creusées par le conte Russel, légende locale, qui s’était offert le droit de régner sur les 200 hectares du Vignemale en 1890 . Le sentier est bon, entrecoupé parfois de ponts de neige, heureusement dure. Nous éteignons les frontales vers 6h00 au lac, puis nous empruntons le GR10 qui va nous amener à Gavarnie, très long sentier qui serpente entre des estives vides d’animaux. Nous arrivons au village à 8h00, ou nous pouvons téléphoner aux personnes inquiètes sur notre sort, mais surtout à celui qui vient me récupérer tout à l’heure à Heas. Une fois ravitaillés, nous montons très bon train jusqu’à la hourquette d’Alans 1000m en 1h40, ciel un peu voilé mais belle vue sur le cirque et le couloir Swan. Descente par la vallée glaciaire d’Estaubé, toujours bon train, dans le gazon et les belles cascades. Arrivée à 13h00 pile à Héas, mais il a fallu courir un peu dans la descente. Je repars avec Philippe S. qui a fait le trajet depuis Bagnère de Bigorre pour venir me récupérer et laisse un Laurent très motivé pour la suite. Fin.
# Posté le jeudi 27 juillet 2006 12:07
Modifié le jeudi 27 juillet 2006 14:31

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s