Grandes Envolées

7 JOURS – 7 PAYS – 7 SOMMETS

_DSC6815

Ce projet est celui de mon compagnon de route, mon frère, mon ami… Jean Marie Scholz.

En quelques mots, cette itinérance dans tous les pays de l’Arc Alpin est une course folle. Un objectif que s’est fixé Jean-Marie et pour lequel il s’est spécifiquement préparé pendant 1 année sans relâche.

Passant par toutes les phases de l’entrainement et du surentrainement, c’est 3 mois avant le départ qu’il revoit tout ces objectifs de préparation et s’associe aux conseils experts de son nouveau Coach, Jean Claude Banfi, connu et reconnu dans le milieu du Trail et de la Montagne.

Toute sa préparation est remise en question mais sa tenacité et sa determination le pousserons dans les limites de ce que peut encaisser le corps d’un sportif. Peu à peu il découvre de nouvelles méthodes d’entrainement, il part faire des stages en montagne avec Jean-Claude, peaufine sa préparation et sent monter en lui de nouvelles sensations…

Fin prêt le jour du départ Jean Marie s’envole le 21 Aout 2013 vers son premier Sommet. Son objectif, réaliser en 7 jours 7 sommets majeurs répartis dans les 7 pays de l’Arc Alpin:

  •  – Slovenie: TRIGLAV 2864m (Point culminant)
  •  – Allemagne: ZUGSPITZE 2962 m
  •  – Autriche: WILDSPITZE 3774m – GROSSGLOCKNER 3798m (Point culminant)
  •  – suisse: DOME DES MISCHABEL 4545m
  •  – Italie: GRAND PARADIS 4061m
  •  – France: MONT-BLANC 4810m (Plus haut sommet d’Europe)

Je rejoins donc Jean-Marie le 25 Aout dans le Valsavarenche au pied du Grand Paradis dans le But de l’accompagner sur ses deux derniers sommets.

_DSC6750

Le Camping est desert, le temps à la pluie et il neige en altitude… Jean-Marie et Cécile sa compagne qui l’assiste durant son périple arrivent vers 18heures, nous installons le bivouac pour 2 nuits, depuis déjà 5 jours il a avalé 5 sommets de gros dénivelés et la fatigue se fait sentir. Il s’octroie une journée de repos, de plus la météo n’est pas favorable le lendemain, et rendrait la course plus qu’incertaine. Nous en profiterons pour nous retrouver et partager…

Bien reposés, reveil le 27/08 à 6 heures et petit déjeuner rapide… 2200m de D+ pour le sommet du Grand Paradis. Le départ est prudent, mais nous arrivons rapidement au lever du jour au refuge Elisabeth ou les dernieres cordées se préparent pour l’ascension.

IMG_1459

Notre rythme est soutenu et doublons sans discontinuer des cordées. Après nous être équipés nous prenons pied sur le glacier et terminons notre montée vers le sommet. Nous nous sentons épiés par les regards incrédules des autres montagnards que nous dépassons… Notre tenue il est vrai est légére et nos baskets de trail montés avec des mini-crampons ne sont pas d’usage sur les glaciers, mais ils s’avèrent suffisament éfficaces et sécurisant.

Nous atteignons le sommet après 3 h de montée, le temps est splendide, nous sommes au Grand Paradis…

IMG_0391 - Copie

IMG_0386

IMG_0421

Nous abordons maintenant la descente maintenant au pas de course . Nous rejoignons vers 13h le bivouac .

Après nous être douchés restaurés et reposés et massés par Super Cécile, nous reprenons la route en direction de Chamonix…

_DSC6769

Nous devons trouver d’ici ce soir un camping aux Houches, point de départ de notre ascencion du Mont Blanc. Ce sera chose faites et installons notre campement. Jean-Marie dors avec Cécile, dans l’estafette mise à sa disposition par ses ami de Culture Vélo… Quant à moi je dois monter ma mini tente tunnel!

tente lolo

La nuit est courte et nous mettons le reveil à 4 heures. La météo est incertaine, le créneau est bon jusqu’à midi et ensuite ??… Après notre petit déjeuner rapide, nous partons à la Frontale du village. 1000 mètres d’Altitude, objectif 4810m avant midi! Nous remontons à bon rythme le sentier jusqu’au Col du Mont Lachat. De la, nous nous trompons d’itinéraires nous faisant perdre de précieuces minutes. Nous revenons sur nos pas pour rattraper la montée vers le Nid d’Aigle qui suit la voie ferrée du Tramway du Mont Blanc.

Nous gérons bien notre éffort, Jean-Marie donne le rythme et atteignons bientôt la Baraque Forestière des Rognes puis vers 10h le refuge de Tête Rousse à 3187m. Le temps commence à changer les sommets environnants et les arretes de Bionnasay commencent à se voiler. La température descend également et nous nous équipons plus sérieusement afin d’attaquer le grand Couloir donnant accès au Refuge du Gouter vers 3800m.

L’ascension est exposée et de nombreux groupes peinent dans la montée nous obligeant à prendre des risques à les doubler. Comme la veille, les regards se posent sur nous et nos accoutrements hors normes. Les guides assurant leurs cordées ne nous saluent même pas, mais bon peu importe, nous montons vite, sereinement et totalement libres…

Il nous faudra près de 3 heures pour effectuer les 600 mètres de D+ entre Tête Rousse et le Gouter. Nous prenons pied sur le glacier et commençons notre montée vers le dôme du Gouter. Je commence dès 4000m à souffrir, sentir mes jambes s’alourdir et mon souffle se raccourcir… Jean-marie me pousse et me motive pour ne pas lâcher… Je dois reprendre mon souffle tout les 100mètres et récupérer recroquevillé sur mes batons…

La météo se dégrade. Nous sommes seuls à présent il neige fort désormais et le vent souffle, la températuire doit flirter avec les -10°c, nous croisons quelques cordées redescendant du sommet nous deconseillant de continuer. Jean-Marie, fort de son expérience suit son instinct et en totale confiance avec ses choix j’avance sans me poser de questions, mais suis bien conscient vu ma forme de ralentir notre progression.

Nous entamons l’arrête des bosses vers 4500m, nous ne voyons rien et la glace fait son apparition, notre équipement montre désormais ses limites et pensons à la descente sur cet itinéraire exposé ou la chute est interdite… Nous continuons jusque vers 4650m et decidons d’un commun accord à faire demi-tour. Tenter le sommet serait un suicide, la tempête recouvre nos traces de montée, il faut redescendre et vite! Sans stress nous attaquons la descente. et restons concentrés dans cette ambiance etourdissante ou nous ne voyons que du blanc…

 
Descente du grand Couloir dans la tempete…

Descente du Gouter

Nous atteignons le départ de la descente du Grand Couloir, surfréquenté par les cordées montant au refuge du Gouter et celles rejoignant Tête Rousse… Nous nous frayons un passage dans toute cette folie et la tempête de neige! Nous faisons une pause 2h30 plus tard au refuge de Tête Rousse .

Nous effectuons ensuite les 2200m de descente vers Les Houches d’une traite et en petites foulée. Il nous aura fallu 12 heures pour effectuer cet Aller-retour Vallée/MontBlanc dans la journée. Mission accomplie, pour Jean-Marie, peu importe les 150m qui nous séparait du sommet, l’essentiel n’était pas la! Nous avons une fois de plus partagé de grands moment intenses en Montagne entre nous, mon compagnon de route, mon frère, mon ami…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s